comité scientifique : Beatrice Alfonzetti (Sapienza Università di Roma), Emanuele De Luca (Université Paris-Sorbonne), Andrea Fabiano (Université Paris-Sorbonne), Solveig Serre (Centre de Musique Baroque de Versailles-CNRS), Piermario Vescovo (Université Ca’ Foscari Venezia)

coordination scientifique : Emanuele De Luca et Andrea Fabiano

(inscription obligatoire gratuite dans la limite des places disponible à l’adresse comedie.italienne.paris@gmail.com)

Dans le cadre du Projet ANR CIRESFI (Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime) et à l’occasion du tricentenaire de la réouverture de la Comédie-Italienne de Paris (1716), l’Équipe Littérature et Culture Italiennes (ELCI-EA 1496) organise un colloque international pour discuter des différents aspects de l’activité artistique des comédiens italiens à Paris, afin de faire le point sur les nouvelles acquisitions de la recherche scientifique internationale de ces dernières années et afin de dégager des nouvelles pistes pour mieux comprendre le rôle et l’importance de la Comédie-Italienne et de sa troupe dans les changements poétiques et dramaturgiques du théâtre des Lumières.

L’approche interdisciplinaire de ce colloque permettra de définir les éléments administratifs et les liens avec la politique culturelle française, l’apport des comédiens italiens et français du théâtre à la formulation de nouvelles formes dramatiques, ainsi que leur contribution à la maturation d’une nouvelle théorie du jeu théâtral et de l’acteur.

La période d’activité examinée par ce colloque (1716-1780) coïncide avec la date d’arrivée de la troupe italienne de Luigi Riccoboni à Paris, sous l’invitation du Régent, et celle de l’expulsion définitive de la Comédie-Italienne du répertoire italien et des comédiens italiens, afin de mieux valoriser les relations d’hybridation entre les cultures dramatiques française et italienne au sein du théâtre.

Le colloque se déroulera selon trois axes principaux de recherche :

  1. L’héritage dispersé et la mémoire consolidée
  2. Répertoire et dramaturgies entre tradition et innovation : mise en scènes et enjeux poétiques et dramaturgiques
  3. Le jeu de l’acteur : de la praxis à la théorie

Le premier axe explorera la transition entre l’ancien répertoire de la Comédie-Italienne de Paris au XVIIe siècle, le développement des spectacles forains, la circulation des comédiens italiens dans les villes françaises au début du XVIIIe siècle et la réouverture de la Comédie-Italienne par volonté du Duc Philippe d’Orléans, le Régent, afin de comprendre la raison du rappel d’une troupe italienne à Paris après le renvoi de 1697.

S’agit-il tout simplement du désir du Duc Philippe d’Orléans, ou bien y a-t-il une exigence d’ordre administratif comme par exemple la volonté de réunir des activités italiennes (ou italo-françaises) dispersées dans tout le royaume ainsi qu’aux Foires parisiennes de Saint-Germain et de Saint-Laurent ? Y a-t-il de la part de la cour et des spectateurs le désir de revoir sur scène les anciennes comédies italiennes recueillies par Gherardi : ces pièces qui ne sont pas assujetties aux règles comme le dira Luigi Riccoboni en 1718 ? De quelle manière pouvons-nous parler de l’envie de voir un spectacle différent par rapport à celui de la Comédie-Française en termes de jeu d’acteur, de déclamation, d’un débit et d’une gestuelle plus naturelle, ou d’attitude plus acrobatique ?

Quels sont les enjeux dramaturgiques et poétiques d’un tel rappel ? Quelles sont les attentes du pouvoir  et celles du public français ? Comment éventuellement cela s’encadre dans une perspective sociologique liée à l’émigration des Italiens à Paris et donc à la présence d’une communauté italienne dans la capitale ?

Quelles sont les modalités de permanence dans la mémoire culturelle française de la dramaturgie italienne de l’ancienne troupe et les attentes qu’elles génèrent?

Le deuxième axe examinera la programmation du théâtre dans sa dimension pluri-spectaculaire constituée de comédies italiennes écrites et à canevas, de comédies françaises, de ballets pantomimes, d’opéras-comiques, de parodies, de parodies-traductions et de feux d’artifice. Il s’agira d’examiner des pièces individuelles particulièrement significatives ou des spécificités du répertoire dans la dimension de la « mise en scène » spectaculaire, et/ou dans la tension entre la tradition et l’innovation dramatiques, et/ou en valorisant le dialogue poétique entre les comédiens italiens et ceux français de la troupe du théâtre ou entre les auteurs dramatiques italiens et français qui composent pour le théâtre.

Il sera question également des enjeux poétiques et dramaturgiques qui découlent de cette programmation et qui font débat dans les écrits des auteurs, des comédiens, de la presse ou des hommes de lettres.

Le troisième axe se focalisera sur l’activité théorique concernant le jeu des comédiens afin de dégager le dialogue entre une élaboration italienne formulée par des comédiens-auteurs italiens en France et une élaboration française liée essentiellement à une approche d’observateur-spectateur. L’attention se focalisera particulièrement, mais pas seulement, sur les écrits de Luigi Riccoboni et François Riccoboni ainsi que de Rémond de Sainte-Albine et Denis Diderot et sur leur dialogue explicite et implicite. La finalité est celle de dégager le processus d’émergence d’une conscience moderne de la spécificité du comédien en tant qu’artiste créateur et sa relation avec la pratique scénique des comédiens de la Comédie-Italienne et des autres théâtres parisiens.

Jeudi 15 décembre 2016

Institut Italien de Culture, 50, rue de Varenne, Paris 7e

10h00 Accueil et ouverture du colloque par Emanuele De Luca et Andrea Fabiano

I SESSION   La Comédie-Italienne et le système théâtral, coordonnée par Emanuele De Luca.

10h10 Françoise Rubellin, Université de Nantes : Le retour des Italiens : révélations des registres sur les années de la Régence.

10h30 Renzo Guardenti, Università di Firenze : Iconographies de passage, entre les deux Comédies-Italiennes et les théâtres de la Foire.

10h50 Anastasia Sakhnovskaia, Université de Nantes : De l’ancienne Comédie-Italienne à la nouvelle : une parenthèse provinciale et foraine.

11h10-11h30 Discussion.

II SESSION  La Comédie-Italienne et le système théâtral, coordonnée par Renzo Guardenti.

11h45 Judith le Blanc, Université de Rouen : Les conflits entre la Comédie-Italienne et les troupes foraines.

12h05-12h45 Cyril Triolaire, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand et Philippe Bourdin, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand : Présence et survivance du répertoire de la Comédie-Italienne et des artistes italiens et forains à Marseille dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

12h45-13h10 Discussion.

III SESSION            La Comédie-Italienne devant le miroir, coordonnée par Lucie Comparini.

14h30 Stéphane Miglierina, Université Paris-Sorbonne : Le théâtre de Dufresny dans le recueil d’Evaristo Gherardi : la satire métathéâtrale et ses échos au XVIIIe siècle.

14h50 Camilla Cederna, Université Lille 3 : Le chemin des coquettes, entre tradition et innovation (1714-1780).

15h10-15h25 Discussion.

IV SESSION            La Comédie-Italienne devant le miroir, coordonnée par Solveig Serre.

15h25 Paola Martinuzzi, Università Ca’ Foscari Venezia : « La parenté d’Arlequin » et les récits par signes : danse et pantomime de l’ancien théâtre italien à la Foire et à la Comédie-Italienne.

15h45 Barbara Nestola, Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR CNRS 7323) : D’Élisabeth Daneret à Ursula Astori : la ‘cantatrice’ dans la pratique musicale de l’ancienne et de la nouvelle Comédie-Italienne (1690-1730).

16h05-16h35 Discussion.

Vendredi 16 décembre 2016

Salle Liard en Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e

I SESSION   La Comédie-Italienne est de retour, coordonnée par Piermario Vescovo.

9h20   Beatrice Alfonzetti, Sapienza Università di Roma : Luigi Riccoboni acteur et théoricien entre l’Italie et la France.

9h40   Christophe Martin, Université Paris-Sorbonne : Nature et métathéâtralité dans les premières comédies italiennes de Marivaux.

10h00-10h20 Discussion.

II SESSION  Rire des autres à la Comédie-Italienne, coordonnée par Agnès Terrier (Théâtre national de l’Opéra Comique).

10h35 Pauline Beaucé, Université Bordeaux-Montaigne : Chronique d’un compagnonnage singulier : la parodie dramatique d’opéra à la Comédie-Italienne.

10h55 Isabelle Ligier-Degauque, Université de Nantes : Écrire, jouer et voir des parodies dans les débuts du nouveau Théâtre-Italien : ce que les parodies des années 1720 nous révèlent.

11h15-11h30 Discussion

III SESSION            Danse et nouvelle danse à la Comédie-Italienne, coordonnée par Raphaëlle Legrand.

11h30 Bertrand Porot, Université de Reims : Musique et danse chez les Italiens dans la première moitié du XVIIIe siècle.

11h50 Stefano Tomassini, Università della Svizzera italiana : Scena muta. Jean-Baptiste-François Dehesse alla Comédie-Italienne di Parigi (1734-1760).

12h10-12h30 Discussion.

IV SESSION            La Comédie-Italienne et un nouveau répertoire italien, coordonnée par Paola Luciani.

14h30 Andrea Fabiano, Université Paris-Sorbonne : Carlo Goldoni et les comédiens-auteurs : rebuts d’un répertoire désuet ou fragments d’un trésor caché ?

14h50 Giovanna Sparacello, Université Rennes 2 : Les canevas de magie de Veronese à Goldoni.

15h10 Lucie Comparini, Université Paris-Sorbonne : « Les discours sont abandonnés à la vivacité et au génie des acteurs qui improvisent ». Goldoni traduit, représenté, recensé : une mythographie à démêler.

15h30-15h50 Discussion.

V SESSION  La dramaturgie musicale comique à la Comédie-Italienne, coordonnée par Andrea Fabiano.

16h00 Raphaëlle Legrand, Université Paris-Sorbonne : Justine Favart, artiste polyvalente.

16h20 David Charlton, Royal Holloway, University of London : Musique et chant à la Comédie-Italienne.

16h40 Michel Noiray, IReMus – Institut de Recherche en Musicologie : Du dramma comico per musica à l’opéra-comique : d’Arcifanfano à L’Île des fous (1760) .

17h00 Patrick Taïeb, Université Montpellier 3 : Le comique dans le Tableau parlant d’Anseaume et Grétry.

17h20-174h5 Discussion.

Samedi 17 décembre 2016

Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, 28, rue Serpente, Paris 6e

I SESSION   Variations du regard sur la Comédie-Italienne, coordonnée par Michel Noiray.

9h30   Nathalie Rizzoni, Université Paris-Sorbonne : Le ‘répertoire’ des écrans à la Comédie-Italienne au XVIIIe siècle.

9h50   Maria Ines Aliverti, Università di Pisa : Le dernier défi d’Arlequin : propos pour un tableau inédit.

10h10 Stéphanie Fournier, Université Paris-Sorbonne : Le nouveau vaudeville des années 1780 à la Comédie-Italienne : continuité et évolution.

10h30-10h50 Discussion.

II SESSION  Le jeu des comédiens entre pratique et théorie : regards croisés, table ronde animée par Emanuele De Luca, avec la participation de

Claudio Vicentini, Università di Napoli l’Orientale

Piermario Vescovo, Università Ca’ Foscari Venezia

Pierre Frantz, Université Paris-Sorbonne

Paola Luciani, Università di Firenze

Sarah Di Bella, Université Aix-Marseille

13h30 Clôture du Colloque

Ont contribué à la réalisation de ce colloque :

le Conseil Académique, l’École doctorale IV « Civilisations, cultures, littératures et sociétés », les équipes de recherche ELCI, CELLF et PRITEPS et le Service culturel de l’Université Paris-Sorbonne

le projet ANR-CIRESFI

le Centre de musique baroque de Versailles

l’Institut Italien de Culture de Paris